fbpx
Investir dans un kot : une bonne idée ?

Investir dans un kot, une option à étudier

10/04/2019 par Bouygues Immobilier Belgium

Les taux d’intérêt, qui n’ont jamais été aussi bas, invitent les Belges à se lancer et à investir dans l’immobilier. A condition de pouvoir se le permettre.  Une maison, un appartement sont loin de se révéler à la portée de toutes les bourses.  C’est pourquoi, il est peut-être temps d’envisager un achat immobilier qu’on dit « alternatif ».  Parmi les possibilités qui s’offrent à vous, avez-vous pensé à kot pour étudiant ?

L’emplacement fait toute la différence

L’argent sur votre compte d’épargne rapporte une misère. Investir dans l’immobilier, c’est presque toujours un bon choix. L’avantage de l’achat d’un logement pour étudiant est que le prix initial est relativement « bas » en comparaison avec d’autres projets résidentiels. Toutefois, si la demande de chambres pour étudiants a longtemps été largement supérieure à l’offre, ce n’est plus tout à fait le cas aujourd’hui. Elle a tendance à trouver son équilibre. Raison de plus pour offrir à la location un lieu qui fasse la différence.  L’aménagement intérieur est bien sûr très important mais la localisation du bien n’est pas moins essentielle. Visez un quartier proche d’une université ou d’une haute école ou choisissez un environnement qui, sans être dans la proximité immédiate de l’un ou l’autre établissement, est réputé pour accueillir une population de jeunes gens qui aiment y vivre et s’y distraire.

Un kot, ça peut toujours servir

Pour le moment, vous pensez investissement mais qui sait si, dans quelques années, votre kot ne tombera pas à point nommé pour accueillir votre enfant, lorsqu’il aura à son tour entamé des études ?  C’est typiquement une situation win-win.  Pendant les années où votre fils ou votre fille logera dans le kot, le montant que vous auriez consacré à un loyer ira nourrir votre investissement, qui sera ensuite assuré par les nouveaux locataires qui succèderont à vos enfants. Sans compter que, comme ce sont généralement les parents qui prennent en charge le coût locatif d’un kot, vous ne risquez pas de rencontrez des difficultés pour encaisser votre dû.

Des locataires au long cours

Encore une fois, tout dépend de la façon dont le kot sera aménagé.  Pour peu que vous ayez opté pour un bien de qualité, certes fonctionnel mais qui soit pourvu de tout le confort nécessaire, vous avez de bonnes chances de fidéliser votre futur locataire.  La durée moyenne d’un cycle d’apprentissage est de 4 ans. Quatre longues années où vous n’aurez pas à vous préoccuper de trouver un nouveau locataire.  Surtout, ne faites pas l’impasse sur les raccordements TV et Internet et visez le haut débit. Sinon, ce sont vos revenus locatifs qui risquent de connaître une brusque déconnexion.

L’assurance de revendre son bien à bon prix

Le marché des kots ne risque pas de connaître une crise subite. Ce n’est pas demain la vieille qu’une majorité d’étudiants décidera de revenir poser ses valises chez papa et maman ou que les bancs des différents établissements d’enseignement supérieur seront désertés.  Et ça d’autant que l’enseignement en Belgique continue à attirer de plus en plus d’étudiants étrangers, pour lesquels il est tout simplement impossible de faire la navette. C’est pourquoi, si vous souhaitez revendre votre bien, vous êtes assuré de trouver rapidement acquéreur, tout autant que de faire un bénéfice proportionnel au nombre d’années durant lequel vous en aurez été propriétaire.

Baux étudiants: de nouvelles conditions

Depuis le premier janvier 2018, les règles qui régissent les baux étudiants ont changé. Voici à quoi les uns et les autres s’engagent désormais:

L’étudiant

  • Il doit prouver sa qualité d’étudiant (preuve d’inscription ou preuve d’une demande en ce sens). 
  • Il peut renouveler le même bail, aux mêmes conditions de loyer, par période d’un an. 
  • Il peut résilier le bail à tout moment, avec un préavis de deux mois et sans indemnité. 
  • Il peut résilier le bail jusqu’à un mois avant son entrée dans les lieux. En ce cas, il aura à s’acquitter d’une indemnité égale à un mois de loyer. 

Le bailleur

  • Il peut résilier le bail à l’échéance du contrat, avec un préavis de 3 mois sans indemnité.
  • La décision d’opter pour un bail étudiant sera prise de commun accord entre le bailleur et le locataire. Il leur est également possible  d’opter pour un bail classique.
  • Cependant, pour ceux qui briguent l’obtention du nouveau label de qualité réservé aux kots, il est bon de savoir que ce dernier ne peut être attribué qu’à des logements qui font l’objet d’un bail étudiant.